Les dernières actualités

 Entretien à bâton rompu avec le directeur du laboratoire de virologie et de génétique à l’EPFL (Ecole polytechnique fédérale de Lausanne). Les thèmes de recherche de son laboratoire portent exclusivement sur la cellule humaine et l’action des transposons, ces petites séquences d’ADN très nombreuses (5 millions) et mobiles,  qui régulent le génome et orchestrent notre activité cellulaire via des protéines très spécifiques (400 environ). Les recherches portent principalement sur les cancers et les troubles neuro-développementaux, avec la production de biomarqueurs et la recherche de nouvelles cibles en immunothérapie.  En quoi CRISPR CAS est-il un outil révolutionnaire ? C’est une méthode beaucoup plus simple, plus facile et plus efficace. Nous réalisons en quelques semaines des manipulations qui prenaient un an auparavant. C’est un outil plus fiable et beaucoup moins cher ce qui explique son succès dans les laboratoires du monde entier. Cela nous exonère par exemple des tests sur...

Le mot du coordinateur d’IBV L’IFOAM (Fédération internationale des mouvements d’agriculture biologique) a mis en ligne un document, soumis à la consultation du public qui traite de la compatibilité des biotechnologies vertes avec l’agriculture biologique. Ce document explicite notamment les principes  qui justifient le classement des biotechnologies en compatibles  ou incompatibles avec l’agriculture biologique. A savoir essentiellement le refus de « transgresser les barrières naturelles entre espèces », l’action directe au niveau de la cellule comme au niveau de l’ADN, avec  l’argument que ces interventions ne sont pas naturelles et que l’homme ne doit pas « perturber l’intégrité du vivant ». Donc l’intervention sur la nature n’est pas interdite par IFOAM mais pas à n’importe quel prix ! Les semences et plants utilisés en production biologique doivent provenir de productions bio et ne pas recourir à  des méthodes de sélection jugées incompatibles. Par conséquent sont...

 Imaginez des « ciseaux génétiques » capables de découper des séquences d’ADN de végétaux plus facilement et plus précisément que les autres méthodes connues. Cet outil, dénommé CRISPR-Cas9, peut aussi bien rendre inactifs des gènes qu’en introduire de nouveaux, et, si nécessaire, plusieurs à la fois. Ainsi, le patrimoine  génétique d’une plante particulièrement résistante peut être transféré à une autre, plus fragile C’est ainsi que les journalistes de l’émission XENIUS d’Arte présentent leur reportage très intéressant. A voir ! Cet article Un reportage sur « la boite à outils » des sélectionneurs est apparu en premier sur IBV-BLOG.

 Riche en protéines, magnésium, fer et calcium, sans gluten, le quinoa est devenu un aliment « à la mode ». Cette graine (qui n’est pas une céréale) est originaire des Andes et est consommée depuis 7000 ans par les populations locales. Encore aujourd’hui, 90% des exportations proviennent de Bolivie. Le quinoa pousse sur des sols particulièrement arides, pauvres en minéraux, voir salins. Il est adapté aux cultures d’altitude et est cultivé en complément des pommes de terre qui demeurent l’aliment le plus consommé. Même si la culture est désormais mécanisée, elle est, en grand majorité, biologique à travers des réseaux de  paysans qui utilisent des variétés différentes.  2013 : année du quinoa En mettant le quinoa à l’honneur cette année-là, l’organisation des Nations Unies (l’ONU) a aussi permis à des équipes de chercheurs de s’intéresser davantage à cette plante et de voir comment ils pourraient en améliorer la culture. Dans la revue scientifique Nature de février 2017, une équipe a...

  A télécharger : LIVRE BLANC IBV Cet article Le livre blanc d’IBV : les biotechs vertes pour la France et l’Europe est apparu en premier sur IBV-BLOG.

 CRISPR CAS fonctionne comme un système immunitaire chez les bactéries pour se protéger des infections virales. Depuis une décennie, les chercheurs, les médecins et les  sélectionneurs utilisent ce système pour modifier le plus finement possible des gènes d’intérêt. L’objectif, obtenir de nouveaux médicaments, lutter contre des maladies génétiques, et pour les plantes, lutter contre les maladies ou exprimer de nouvelles caractéristiques intéressantes pour le consommateur. La simplicité et la souplesse de l’outil de transformation sont tels qu’une majorité de laboratoires utilisent désormais CRISPR CAS en routine. Néanmoins, et surtout en santé  humaine, des modifications non intentionnelles peuvent apparaitre. En effet, CRISPR CAS reconnait des séquences d’environ 20 nucléotides sur le génome avant de jouer comme  un ciseau moléculaire.  Pour éviter ces coupures non désirées, une piste est d’agrandir la zone de reconnaissance pour qu’elle soit encore plus spécifique. Dans la nature,...

En ce début d’année, il est crucial de revenir sur les questions préjudicielles posées par le Conseil d’Etat à la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) et auxquelles le  gouvernement français devait donner avant le 27 janvier son interprétation quant à dire si les plantes issues de mutagenèse dirigée doivent ou non être exemptées de la directive  OGM, comme le sont celles issues de la mutagenèse aléatoire. Rappelons tout d’abord que le conseil d’état avait confirmé la conformité au droit de l’absence de réponse du premier ministre à la demande de moratoire sur les plantes issues de  mutagenèse faite par les activistes, des plantes qu’ils nomment  « OGM cachés ». Une position de bon sens, car dans le cas contraire il eut fallu soumettre au moratoire les milliers  de variétés obtenues de cette façon et utilisées massivement dans le monde depuis 50 ans. Avec les questions préjudicielles, il s’agit essentiellement de dire si les plantes issues de techniques de mutagenèse dirigée (...

 Certains enfants développent une maladie qui rend les cheveux secs, désordonnés, de couleur argenté ou paille. Des chercheurs de l’INSERM et du CNRS, en collaboration avec une équipe de l’Institut de génétique humaine de l’Université de Bonn et des médecins dermatologues ou  généticiens de 7 pays différents, ont découvert que la maladie des cheveux incoiffables est due à des mutations récessives d’un trio de gènes qui concourent à la formation du cheveu  : le gène codant pour un de ses composants structuraux, la trichohyaline (TCHH) ; ou deux gènes à l’origine d’enzymes qui la prennent pour cible à tour de rôle : la peptidyl-  arginine désiminase 3 (PAD3) et la transglutaminase 3 (TGase3). Par ailleurs, les chercheurs ont également montré, chez la souris, que l’inactivation du gène Pad3 altère la forme du pelage et des moustaches des animaux, comme cela avait déjà été rapporté concernant des souris dépourvues de TGase3. En conclusion, l’absence de TCHH ou le défaut de la cascade...

 Le café arabica représente 70% de la consommation mondiale mais sa génétique compliquée a fait que le café robusta a été le premier à être séquencé dès 2014 par des équipes  françaises. Aucun budget public n’avait été alloué depuis au café arabica. C’est une entreprise japonaise qui a rendu possible le projet, en soutenant financièrement le séquençage de 23 variétés originales de caféiers par une université américaine. En effet,  le choix s’est porté sur des plantes acclimatées au climat californien dont la qualité gustative des graines est reconnue.  Un génome complexe La difficulté du séquençage est liée au fait que le café arabica est un hybride dérivé de deux autres espèces de caféier et a deux fois plus de paires de chromosomes que le café robusta (c.canephora). Plus de 1 milliard de nucléotides ont été lus et 70 000 gènes ont été identifiés grâce au matériel de séquençage qui est devenu plus performant pour ces hybrides complexes. Et surtout moins cher, permettant le séquençage...

 Un article paru dans le dernier numéro de la revue  ISB News Report d’octobre/novembre 2016 liste les innovations déjà obtenues en amélioration des plantes avec le système CRISPR/Cas9 utilisé pour réaliser une mutation ciblée. L’article est signé par l’équipe de Fabien Nogué , directeur de recherche à l’INRA.  Le système Crispr Cas9 a été utilisé avec succès sur 13 espèces : riz, blé, orge, sorgho, soja, chou, tomate, pomme de terre, laitue, orange, peuplier, et vigne.Plusieurs types de résistance ont été obtenus sur différentes espèces : - Résistance à l’oïdium chez le blé, obtenu en 2014 par une équipe chinoise à Pekin -  Résistance à la brûlure bactérienne (bacterial blight) chez le riz par une équipe américaine du Nebraska qui a aussi établi des preuves de concept de l’efficacité du système chez le tabac et le sorgho. -  Résistance aux potyvirus chez le concombre par une équipe israélienne (2016). Les résistances des plantes aux maladies ne sont pas les seules possibilités...