coton

Le Cameroun pourrait se lancer dans la culture du coton OGM dans 3 ans – Agence Ecofin.com

La Société de développement du coton (Sodecoton), le fleuron de l’agro-industrie dans le septentrion camerounais, va lancer, dès l’année prochaine, la 2ème phase des recherches visant à introduire le coton génétiquement modifié au Cameroun. Cette seconde phase va durer trois ans et pourrait aboutir à la vulgarisation des OGM dans la culture dans le pays.

Des hausses de rendement et de revenus constatés pour les agriculteurs utilisateurs d’OGM dans le Monde – Ibv-blog.com

 

Un nouvel article paru dans Cambridge Journal confirme l’intérêt économique des OGM.
Des économistes américains constatent des hausses de rendement de 34% pour le coton, de 12% pour le maïs et de  2% pour le soja. Les marges brutes calculées sont de 5 à 12% pour le maïs, de 15 à 20% pour le coton, et de 2 à  40% pour le soja.

Transformateurs et vendeurs de grains réclament l'autorisation d'importer huit variété – lafranceagricole.fr

 

Le Coceral, la Fediol et la Fefac demandent à la Commission européenne d'autoriser les importations de huit variétés OGM (maïs, colza, soja et coton) afin de protéger les importations de soja, maïs et autres protéagineux, indique un communiqué commun des trois organisations. Ils réclament une intervention rapide et la mise en place d'un cadre légal pour juillet 2014.

Olivier Soulier, biotechnologies - Monsanto : "Quelles sont les applications non-alimentaires des OGM?"

Découvrez, à travers l'interview d'Olivier Soulier de Monsanto, les applications non-alimentaires des OGM.

Agriculteurs

Profil d’un agriculteur indien qui utilise des semences gnétiquement modifées de haute technologie

Récit d’un agriculteur indien qui utilise depuis une dizaine d’année des OGM de Coton. Pragmatisme et reconnaissance au RDV.

Évolution des cultures OGM par espèce végétale de 1996 à 2015

En 2015, au niveau mondial, les principales cultures de plantes génétiquement modifiées sont :


  • le soja : 92,13 millions d’hectares
  • le maïs : 53,65 millions d’hectares,

  • le coton : 24 millions d’hectares,

  • le colza : 8,64 millions d’hectares.

Source : www.isaaa.org
 

Du coton Bt au Zimbabwe

Après le tabac, le coton est la seconde culture industrielle du Zimbabwe, où près de 70 % des récoltes proviennent de petites plantations.
Mais cette production cotonnière est gravement menacée par un parasite, le budworm, larve d'un papillon de nuit. Pour lutter contre cet insecte, les agriculteurs ont utilisé des insecticides mais ces traitements reviennent trop cher pour la majorité des exploitants (5 à 6 pulvérisations par an étant nécessaires).